Troubles de la Plaque Motrice

Les Troubles de la Plaque Motrice

L'influx nerveux provenant du cerveau transite par le nerf vers le muscle qui doit être mobilisé. Cette zone de transmission d’influx s’appelle la plaque motrice (ou jonction neuromusculaire).

Certaines situations pathologiques vont affecter ce contrôle nerveux des muscles : les accidents de la moelle épinière, les maladies dégénératives, comme la sclérose en plaque, les accidents vasculaires cérébraux, pour citer les principales.

Dans ces situations, les muscles peuvent avoir une contraction anormale, en restant plus contractés que la normale, on parle alors de spasticité. Selon le type de muscles affectés, les effets peuvent être très variés, pouvant aller de la perte d’équilibre à l’incontinence urinaire.

Infirmité motrice cérébrale

L’infirmité motrice cérébrale est le nom donné à un groupe de maladies dans lesquelles existent des troubles du mouvement, de l’équilibre ou de la posture. Ceux-ci sont causés par un défaut, une lésion ou un traumatisme d'une partie du cerveau contrôlant les muscles, l’équilibre et les mouvements volontaires.

Il peut s’agir d’une anomalie du développement ou d’une lésion du cerveau du bébé lors de la grossesse, de l’accouchement ou après la naissance. Chaque enfant atteint d’infirmité motrice cérébrale est affecté différemment, et les difficultés de contrôle de l’équilibre, du mouvement ou de la posture peuvent être à peine visibles ou au contraire entraîner une grave infirmité.

C’est une pathologie permanente, mais parfois les effets deviennent moins apparents. Dans le monde industrialisé, l’incidence de l’infirmité motrice cérébrale est d’environ 2 pour 1 000 naissances.1

1. www.disabled-world.com/health/neurology/cerebral-palsy/causes-prevalence.php


Spasticité post-AVC

La spasticité est une forme de trouble moteur. Certaines personnes survivant à un AVC peuvent développer une spasticité au niveau des mains, des poignets, des bras, et des membres inférieurs. Le muscle reste contracté, entraînant des douleurs, une restriction de la mobilité, ce qui interfère gravement avec la capacité du patient à réaliser en autonomie des activités quotidiennes telles que l’habillage et l’hygiène personnelle. Les postures caractéristiques d’un patient souffrant de spasticité peuvent être le poing fermé, le poignet fléchi, le coude plié ou le bras pressé contre la poitrine.

Annuellement, 15 millions de personnes ont un AVC à travers le monde, dont approximativement 5 millions conservent un handicap permanent.1

1. World Health Organization. Global burden of stroke. Disponible à l'adresse www.who.int/cardiovascular_diseases/en/cvd_atlas_15_burden_stroke.pdf