Glaucome

Le glaucome

Qu’est-ce que le glaucome ?

Le glaucome est une maladie généralement caractérisée par une augmentation de la pression à l’intérieur de l’œil. Avec le temps, le nerf optique peut être lésé par cette augmentation de pression, entraînant une perte de la vision périphérique (ou latérale), pouvant aller jusqu’à la cécité. Plus la pression à l’intérieur de l’œil est élevée, plus le risque de lésion du nerf optique est fort. Malheureusement, les symptômes ne sont pas toujours évidents chez le patient, faisant du glaucome l’une des principales causes de cécité, en particulier chez les personnes âgées.

Il est par conséquent important de faire examiner régulièrement ses yeux.


Quelles en sont les causes ?

Il existe vraisemblablement plusieurs facteurs qui, ensemble, contribuent au développement du glaucome. L’augmentation de la pression dans l’œil est la conséquence d’une circulation anormale du liquide clair appelé humeur aqueuse. L’humeur aqueuse est constamment produite à l’intérieur de l’œil, puis filtrée en traversant l’angle entre l’iris et la cornée, pour être enfin éliminée par les vaisseaux sanguins. En cas de production excessive ou d’élimination insuffisante de ce liquide, la pression augmente dans l’œil et le nerf optique peut être endommagé.

Depuis quelque temps, l’altération de la circulation du sang au niveau du nerf optique est suspectée d’être un facteur important dans le déclenchement du glaucome.


Comment le diagnostique-t-on ?

L’ophtalmologiste mesure la pression intra-oculaire, mais aussi l’acuité visuelle, évalue l’aspect du nerf optique en regardant le fond d’œil et examine l’angle que font l’iris et la cornée.

Des photographies du fond d’œil permettent d’étudier la qualité et la quantité des fibres nerveuses visuelles. L’exploration du champ visuel teste la vision périphérique et met en évidence un déficit en faveur d’une atteinte fonctionnelle due au glaucome. Il existe différents types de champs visuels, l’ophtalmologiste choisira celui qui est le mieux adapté au stade de la maladie. Des explorations échographiques peuvent être recommandées pour confirmer par exemple un angle irido-cornéen étroit.

Ex. : Fond d’oeil normal
glaucome.png

Les différentes formes de glaucome

Le glaucome par fermeture de l'angle (GFA), autrefois appelé Glaucome Aigu, est une complication brutale d'une anomalie anatomique jusque-là muette. Sous l'influence de facteurs variables, un angle irido-cornéen étroit se ferme, empêchant ainsi l'évacuation des fluides de l’œil. La sécrétion de l'humeur aqueuse étant constante, la pression intraoculaire s’élève rapidement. En quelques heures la douleur est intolérable, et la vision s'effondre.

Le traitement de la crise de GFA est une urgence médicale, afin de faire baisser la pression intraoculaire le plus rapidement possible, puis chirurgicale (laser ou chirurgie classique). L'anomalie étant le plus souvent bilatérale, le traitement laser ou chirurgical sera appliqué à l'autre œil de façon préventive.

Le glaucome primitif à angle ouvert, appelé également Glaucome Chronique à Angle Ouvert est une affection oculaire d'autant plus grave qu'elle est d'évolution lente et pratiquement sans signe d'appel. Elle est due à une gêne à l'évacuation de l'humeur aqueuse. Dans ce cas, l'angle irido-cornéen est normal, mais le "filtre" au travers duquel l'humeur aqueuse doit passer présente une résistance anormale. Il en résulte une augmentation de la pression intra-oculaire par défaut d’évacuation et des altérations du nerf optique peuvent apparaître, avec des anomalies du champ visuel plus tardives en règle générale.

Le dépistage de la maladie par la mesure systématique de la pression intraoculaire et l'examen minutieux du nerf optique lors des consultations chez l'ophtalmologiste, permet un diagnostic et un traitement précoces de l'affection. Selon la gravité de l'affection, le traitement peut être médical, chirurgical ou au laser.

Le glaucome à pression normale, est caractérisé par une atteinte du nerf optique de type glaucomateux, avec des altérations caractéristiques du champ visuel, et ce, sans élévation de la pression intra-oculaire. La recherche d’autres facteurs de risque, notamment vasculaires est essentielle. Le traitement et la prise en charge sont similaires à ceux du glaucome à angle ouvert : abaissement supplémentaire de la pression intra-oculaire.

Les glaucomes secondaires sont associés à un traumatisme oculaire, une prise médicamenteuse notamment de corticoïdes, une chirurgie oculaire, une inflammation intraoculaire, une dispersion de pigments à l’intérieur de l’œil, une pseudo exfoliation capsulaire….

Le glaucome néo-vasculaire, caractérisé par la survenue de vaisseaux anormaux à la surface de l’iris et dans l’angle irido-cornéen, est généralement en rapport avec une pathologie rétinienne telle que le diabète, une occlusion vasculaire…

Le traitement de ces formes particulières sont comparables à celles des autres glaucomes, avec en plus, le traitement de la maladie initiale si celui-ci est possible.

Les glaucomes congénitaux sont des anomalies au niveau de l’angle irido-cornéen présentes dès la naissance et entravant la circulation des fluides au niveau de l’œil. Les signes d’appel sont généralement évocateurs avec larmoiement, phobie de la lumière, œil qui apparaît agrandi et trouble. Une prise en charge chirurgicale rapide est recommandée pour préserver le pronostic visuel.